CASE

Download full text DE

Case Name

1Ob163/09s, Oberster Gerichtshof

INCADAT reference

HC/E/AT 1033

Court

Country

AUSTRIA

Name

Oberster Gerichtshof

Level

Superior Appellate Court

Judge(s)
Dr. Gerstenecker (pdt) ; Prof. Dr. Bydlinski, Dr. Fichtenau, Dr. Grohmann & Dr. E. Solé

States involved

Requesting State

SPAIN

Requested State

AUSTRIA

Decision

Date

24 September 2009

Status

Final

Grounds

Habitual Residence - Art. 3 | Grave Risk - Art. 13(1)(b) | Procedural Matters

Order

-

HC article(s) Considered

3 5 13(1)(b)

HC article(s) Relied Upon

3 5 13(1)(b)

Other provisions

-

Authorities | Cases referred to
Nademleinsky/Neumayr, Internationales Familienrecht Rz 09.04 ff; 7 Ob 35/97s = SZ 70/27; 1 Ob 167/08b; Huzel in Süß/Ring, Eherecht in Europa 1218; Adam/Perona Feu in Rieck, Ausländisches Familienrecht, Spanien Rz 21; 1 Ob 167/08b; RIS-Justiz RS0106625; 8 Ob 121/03g; 5 Ob 47/09m; 9 Ob 248/01p = RIS-Justiz RS0042828 [T10]; 7 Ob 35/97s; RIS-Justiz RS0112662; Rauscher in Rauscher, Europäisches Zivilprozessrecht2 Art 11 EuEheVO/Brüssel IIa-VO Rz 11 f; RIS-Justiz RS0007236; RIS-Justiz RS0007533; RS0006737; RIS-Justiz RS0108469.

INCADAT comment

Aims & Scope of the Convention

Habitual Residence
Habitual Residence

Exceptions to Return

Grave Risk of Harm
Allegations of Inappropriate Behaviour / Sexual Abuse

SUMMARY

Summary available in EN | FR

Facts

The daughter was born in Austria in 2000. 3 months later, after the parent's wedding, the family returned to settle in Spain. The father started isolating the mother and set up a sectarian movement, considering himself to be a messenger of God. He started to beat the mother, always in the presence of the child, so that the latter would "learn what life was about". He obliged mother and daughter to dress in a particular way and refused to send the child to school.

Finally, the police intervened. From October 2006 to July 2007, the mother and the child lived in a women's shelter, then an apartment was made available to them (which was no longer the case on the date of the hearing) and they were offered psychological support.

When the divorce was pronounced in 2008, the mother was given custody of the child (guarda y custodia) but parental authority (patria potestad) remained shared. The judgement clearly detailed the manner in which the father was to exercise his right by extra provisions which had to be applied if the parents could not come to an agreement themselves.

In particular, these provisions set out that the child should stay from 20 June to 1 August with the father. The father was to collect the child at 4 p.m. at a given place and bring her back on 1 August in order for her to spend the second half of the summer vacation with her mother. The mother brought the child to the father's home on 26 June and went to collect her again on 1 August. She immediately took the child to Austria to her maternal grandparents' home. The young girl was still there on the date of the hearing.

On 11 March 2009, the District Court of St. Pölten (Bezirksgericht St. Pölten, Austria) allowed the father's application for return. On 10 June, the Court of Appeal St. Pölten (Landgericht St. Pölten) allowed the mother's appeal and sent the case back to the first judge in order for the application to be ruled on once again, after the child had been heard and after having established whether the Spanish authorities were in a position to protect the child upon her return. Both parents appealed before the Supreme Court (Oberster Gerichtshof).

Ruling

Appeal declared inadmissible.

Grounds

Habitual Residence - Art. 3


The Court recalled that the Convention could only be applied if the father had a right of custody and if he was effectively exercising it on the date of the removal. The matter of custody was governed by Spanish law. The mother felt that her right of sole physical custody of the child implied to her advantage the right to modify the child's residence. This conclusion was contradicted by a declaration under Article 15 made by the Spanish Ministry of Justice and even by the mother's own explanations.

The Court observed that a distinction should be made between an effective joint right of custody and the exercising of a simple visitation right. It added that, as had noted the Court of Appeal, the father's rights went well beyond a simple right of visitation; the father was able to participate in his daughter's daily life during the week, having her to stay after school and overnight, and spending half of every vacation period with her.

He, therefore, had an influential role as regards the child's care and upbringing. The Court of Appeal had therefore decided with good reason that the father could apply for return as a result of the infringement of his right of custody.

Grave Risk - Art. 13(1)(b)


The Supreme Court considered that the Court of Appeal had not made any mistake (identifiable to the Supreme Court) by finding that, given the previous circumstances, the father's personality and beliefs, as well as his desire to continue to influence the child as in the past, it was not to be excluded that the return of the child would expose her to a grave risk of danger.

It considered that to hear the child, as required by the Brussels II a Regulation (EC Council Regulation No 2201/2003 of 27 November 2003), would allow questions to be answered that were fundamental to the decision and underlined that the urgent character of the proceedings did not rule out hearing the child.

Procedural Matters

Referring to Article 11(5) of the Brussels II a Regulation, the Supreme Court recalled that the District Court could not refuse the return without having heard the father and that the fact that the application had been made by the father was not enough to fulfil this condition.

The Supreme Court indicated that its role in this matter was only to ensure that the law was correctly applied and it could not therefore control the decision of the Court of Appeal, according to which hearing the father and the child was necessary. According to the Court, Austrian law did not allow orders for reimbursement of costs in cases of return.

INCADAT comment

Habitual Residence

The interpretation of the central concept of habitual residence (Preamble, Art. 3, Art. 4) has proved increasingly problematic in recent years with divergent interpretations emerging in different jurisdictions. There is a lack of uniformity as to whether in determining habitual residence the emphasis should be exclusively on the child, with regard paid to the intentions of the child's care givers, or primarily on the intentions of the care givers. At least partly as a result, habitual residence may appear a very flexible connecting factor in some Contracting States yet much more rigid and reflective of long term residence in others.

Any assessment of the interpretation of habitual residence is further complicated by the fact that cases focusing on the concept may concern very different factual situations. For example habitual residence may arise for consideration following a permanent relocation, or a more tentative move, albeit one which is open-ended or potentially open-ended, or indeed the move may be for a clearly defined period of time.

General Trends:

United States Federal Appellate case law may be taken as an example of the full range of interpretations which exist with regard to habitual residence.

Child Centred Focus

The United States Court of Appeals for the 6th Circuit has advocated strongly for a child centred approach in the determination of habitual residence:

Friedrich v. Friedrich, 983 F.2d 1396, 125 ALR Fed. 703 (6th Cir. 1993) (6th Cir. 1993) [INCADAT Reference: HC/E/USf 142]

Robert v. Tesson, 507 F.3d 981 (6th Cir. 2007) [INCADAT Reference: HC/E/US 935].

See also:

Villalta v. Massie, No. 4:99cv312-RH (N.D. Fla. Oct. 27, 1999) [INCADAT Reference: HC/E/USf 221].

Combined Child's Connection / Parental Intention Focus

The United States Courts of Appeals for the 3rd and 8th Circuits, have espoused a child centred approach but with reference equally paid to the parents' present shared intentions.

The key judgment is that of Feder v. Evans-Feder, 63 F.3d 217 (3d Cir. 1995) [INCADAT Reference: HC/E/USf 83].

See also:

Silverman v. Silverman, 338 F.3d 886 (8th Cir. 2003) [INCADAT Reference: HC/E/USf 530];

Karkkainen v. Kovalchuk, 445 F.3d 280 (3rd Cir. 2006) [INCADAT Reference: HC/E/USf 879].

In the latter case a distinction was drawn between the situation of very young children, where particular weight was placed on parental intention(see for example: Baxter v. Baxter, 423 F.3d 363 (3rd Cir. 2005) [INCADAT Reference: HC/E/USf 808]) and that of older children where the impact of parental intention was more limited.

Parental Intention Focus

The judgment of the Federal Court of Appeals for the 9th Circuit in Mozes v. Mozes, 239 F.3d 1067 (9th Cir. 2001) [INCADAT Reference: HC/E/USf 301] has been highly influential in providing that there should ordinarily be a settled intention to abandon an existing habitual residence before a child can acquire a new one.

This interpretation has been endorsed and built upon in other Federal appellate decisions so that where there was not a shared intention on the part of the parents as to the purpose of the move this led to an existing habitual residence being retained, even though the child had been away from that jurisdiction for an extended period of time. See for example:

Holder v. Holder, 392 F.3d 1009 (9th Cir 2004) [INCADAT Reference: HC/E/USf 777]: United States habitual residence retained after 8 months of an intended 4 year stay in Germany;

Ruiz v. Tenorio, 392 F.3d 1247 (11th Cir. 2004) [INCADAT Reference: HC/E/USf 780]: United States habitual residence retained during 32 month stay in Mexico;

Tsarbopoulos v. Tsarbopoulos, 176 F. Supp.2d 1045 (E.D. Wash. 2001) [INCADAT Reference: HC/E/USf 482]: United States habitual residence retained during 27 month stay in Greece.

The Mozes approach has also been approved of by the Federal Court of Appeals for the 2nd and 7th Circuits:

Gitter v. Gitter, 396 F.3d 124 (2nd Cir. 2005) [INCADAT Reference: HC/E/USf 776];

Koch v. Koch, 450 F.3d 703 (2006 7th Cir.) [INCADAT Reference: HC/E/USf 878].

It should be noted that within the Mozes approach the 9th Circuit did acknowledge that given enough time and positive experience, a child's life could become so firmly embedded in the new country as to make it habitually resident there notwithstanding lingering parental intentions to the contrary.

Other Jurisdictions

There are variations of approach in other jurisdictions:

Austria
The Supreme Court of Austria has ruled that a period of residence of more than six months in a State will ordinarily be characterized as habitual residence, and even if it takes place against the will of the custodian of the child (since it concerns a factual determination of the centre of life).

8Ob121/03g, Oberster Gerichtshof [INCADAT Reference: HC/E/AT 548].

Canada
In the Province of Quebec, a child centred focus is adopted:

In Droit de la famille 3713, No 500-09-010031-003 [INCADAT Reference: HC/E/CA 651], the Cour d'appel de Montréal held that the determination of the habitual residence of a child was a purely factual issue to be decided in the light of the circumstances of the case with regard to the reality of the child's life, rather than that of his parents. The actual period of residence must have endured for a continuous and not insignificant period of time; the child must have a real and active link to the place, but there is no minimum period of residence which is specified.

Germany
A child centred, factual approach is also evident in German case law:

2 UF 115/02, Oberlandesgericht Karlsruhe [INCADAT Reference: HC/E/DE 944].

This has led to the Federal Constitutional Court accepting that a habitual residence may be acquired notwithstanding the child having been wrongfully removed to the new State of residence:

Bundesverfassungsgericht, 2 BvR 1206/98, 29. Oktober 1998  [INCADAT Reference: HC/E/DE 233].

The Constitutional Court upheld the finding of the Higher Regional Court that the children had acquired a habitual residence in France, notwithstanding the nature of their removal there. This was because habitual residence was a factual concept and during their nine months there, the children had become integrated into the local environment.

Israel
Alternative approaches have been adopted when determining the habitual residence of children. On occasion, strong emphasis has been placed on parental intentions. See:

Family Appeal 1026/05 Ploni v. Almonit [INCADAT Reference: HC/E/Il 865];

Family Application 042721/06 G.K. v Y.K. [INCADAT Reference: HC/E/Il 939].

However, reference has been made to a more child centred approach in other cases. See:

decision of the Supreme Court in C.A. 7206/03, Gabai v. Gabai, P.D. 51(2)241;

FamA 130/08 H v H [INCADAT Reference: HC/E/Il 922].

New Zealand
In contrast to the Mozes approach the requirement of a settled intention to abandon an existing habitual residence was specifically rejected by a majority of the New Zealand Court of Appeal. See

S.K. v. K.P. [2005] 3 NZLR 590 [INCADAT Reference: HC/E/NZ 816].

Switzerland
A child centred, factual approach is evident in Swiss case law:

5P.367/2005/ast, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) [INCADAT Reference: HC/E/CH 841].

United Kingdom
The standard approach is to consider the settled intention of the child's carers in conjunction with the factual reality of the child's life.

Re J. (A Minor) (Abduction: Custody Rights) [1990] 2 AC 562, [1990] 2 All ER 961, [1990] 2 FLR 450, sub nom C. v. S. (A Minor) (Abduction) [INCADAT Reference: HC/E/UKe 2]. For academic commentary on the different models of interpretation given to habitual residence. See:

R. Schuz, "Habitual Residence of Children under the Hague Child Abduction Convention: Theory and Practice", Child and Family Law Quarterly Vol 13, No. 1, 2001, p. 1;

R. Schuz, "Policy Considerations in Determining Habitual Residence of a Child and the Relevance of Context", Journal of Transnational Law and Policy Vol. 11, 2001, p. 101.

Allegations of Inappropriate Behaviour / Sexual Abuse

Courts have responded in different ways when faced with allegations that the left-behind parent has acted inappropriately or sexually abused the wrongfully removed or retained children. In the most straightforward cases the accusations may simply be dismissed as unfounded. Where this is not possible courts have been divided as to whether a detailed investigation should be undertaken in the State of refuge, or, whether the relevant assessment should be conducted in the State of habitual residence, with interim measures being taken to attempt to protect the child on his return.

- Accusations Dismissed:

Belgium

Civ. Liège (réf) 14 mars 2002, Ministère public c/ A [INCADAT Reference: HC/E/BE 706]

The father claimed that the mother sought the return of the child to have her declared mentally incapable and to sell her organs. The Court held, however, that even if the father's accusations were firmly held, they were not backed up by any evidence.
 
Canada (Québec)
Droit de la famille 2675, No 200-04-003138-979 [INCADAT Reference: HC/E/CA 666]
 
The Court held that if the mother had serious concerns with regard to her son, then she would not have left him in the care of the father on holiday after what she claimed there had been a serious incident.
 
J.M. c. H.A., Droit de la famille, No 500-04-046027-075 [INCADAT Reference: HC/E/CA 968]

The mother claimed that a grave risk arose because the father was a sexual predator.
The Court noted that such allegations had been rejected in foreign proceedings. It equally drew attention to the fact that Convention proceedings concerned the return of the child and not the issue of custody. The fears of the mother and of the maternal grandparents were deemed to be largely irrational. There was also no proof that the judicial authorities in the State of habitual residence were corrupt. The Court instead expressed concerns about the actions of members of the maternal family (who had abducted the child notwithstanding the existence of three court orders to the contrary) as well as the mental state of the mother, who had kept the child in a state of fear of the father.

France
CA Amiens, 4 mars 1998, No de RG 5704759 [INCADAT Reference: HC/E/FR 704]

The Court rejected the allegation of physical violence against the father; if there had been violence, it was not of the level required to activate Article 13(1)(b).

New Zealand
Wolfe v. Wolfe [1993] NZFLR 277 [INCADAT Reference: HC/E/NZ 303]

The Court rejected arguments by the mother that the father's alleged sexual practices would place the child at a grave risk of harm. The Court held that there was no evidence a return would expose the child to the level of harm contemplated under Article 13(1)(b).

Switzerland
Obergericht des Kantons Zürich (Appellate Court of the Canton Zurich), 28/01/1997, U/NL960145/II.ZK [INCADAT Reference: HC/E/CH 426]

The mother argued that the father was a danger to the children because, inter alia, he had sexually abused the daughter. In rejecting this accusation, the Court noted that the mother had previously been willing to leave the children in the father's sole care whilst she went abroad.

- Return ordered with investigation to be carried out in the State of habitual residence:

United Kingdom - England and Wales

N. v. N. (Abduction: Article 13 Defence) [1995] 1 FLR 107 [INCADAT Reference: HC/E/UKe 19]

The possible risk to the daughter needed to be investigated in the pending custody proceedings in Australia. In the interim, the child needed protection. However, this protection did not require the refusal of the application for her return. Such risk of physical harm as might exist was created by unsupervised contact to the father, not by return to Australia.

Re S. (Abduction: Return into Care) [1999] 1 FLR 843 [INCADAT Reference: HC/E/UKe 361]

It was argued that the allegations of sexual abuse by the mother's cohabitee were of such a nature as to activate the Article 13(1)(b) exception. This was rejected by the Court. In doing this the Court noted that the Swedish authorities were aware of the case and had taken steps to ensure that the child would be protected upon her return: she would be placed in an analysis home with her mother. If the mother did not agree to this, the child would be placed in care. The Court also noted that the mother had now separated from her cohabitee.

Finland
Supreme Court of Finland 1996:151, S96/2489 [INCADAT Reference: HC/E/FI 360]

When considering whether the allegations of the father's sexual abuse of his daughter constituted a barrier to returning the children, the Court noted that one of the objectives of the Hague Child Abduction Convention was that the forum for the determination of custody issues was not to be changed at will and that the credibility of allegations as to the personal characteristics of the petitioner were most properly investigated in the spouses' common State of habitual residence. In addition, the Court noted that a grave risk of harm did not arise if the mother were to return with the children and saw to it that their living conditions were arranged in their best interests. Accordingly, the Court found that there was no barrier to the return of the children.

Ireland
A.S. v. P.S. (Child Abduction) [1998] 2 IR 244 [INCADAT Reference: HC/E/IE 389]

The Irish Supreme Court accepted that there was prima facie evidence of sexual abuse by the father and that the children should not be returned into his care. However, it found that the trial judge had erred in concluding that this amounted to a grave risk of harm in returning the children to England per se. In the light of the undertakings given by the father, there would be no grave risk in returning the children to live in the former matrimonial home in the sole care of their mother.

- Investigation to be undertaken in the State of refuge:

China - (Hong Kong Special Administrative Region)
D. v. G. [2001] 1179 HKCU 1 [INCADAT Reference: HC/E/HK 595]

The Court of Appeal criticised the fact that the return order had been made conditional on the acts of a third party (the Swiss Central Authority) over whom China's (Hong Kong SAR) Court had neither jurisdiction nor control. The Court ruled that unless and until the allegations could be discounted altogether or after investigation could be found to have no substance, it was almost inconceivable that the trial court's discretion could reasonably and responsibly be exercised to return the child to the environment in which the alleged abuse took place.

United States of America
Danaipour v. McLarey, 286 F.3d 1 (1st Cir. 2002) [INCADAT Reference: HC/E/USf 459]

The Court of Appeals for the First Circuit ruled that great care had to be exercised before returning a child where there existed credible evidence of the child having suffered sexual abuse. It further stated that a court should be particularly wary about using potentially unenforceable undertakings to try to protect a child in such situations.

Kufner v. Kufner, 519 F.3d 33 (1st Cir. 2008) [INCADAT Reference: HC/E/USf 971]

The District Court had appointed an independent expert in paediatrics, child abuse, child sexual abuse and child pornography, to assess whether the photographs of the sons constituted child pornography and whether the behaviour problems suffered by the children were indications of sexual abuse. The expert reported that there was no evidence to suggest that the father was a paedophile, that he was sexually aroused by children, or that the pictures were pornographic. The expert approved of the German investigations and stated that they were accurate assessments and that their conclusions were consistent with their reported observations. The expert determined that the symptoms that the boys displayed were consistent with the stress in their lives caused by the acrimonious custody dispute and recommended that the boys not undergo further sexual abuse evaluation because it would increase their already-dangerous stress levels.

- Return Refused:

United Kingdom - Scotland

Q., Petitioner [2001] SLT 243 [INCADAT Reference: HC/E/UKs 341]

The Court held that there was a possibility that the allegations of abuse were true. It was also possible that the child, if returned, could be allowed into the unsupervised company of the alleged abuser. The Court equally noted that a court in another Hague Convention country would be able to provide adequate protection. Consequently it was possible for a child to be returned where an allegation of sexual abuse had been made. However, on the facts, the Court ruled that in light of what had happened in France during the course of the various legal proceedings, the courts there might not be able or willing to provide adequate protection for the children. Consequently, the risk amounted to a grave risk that the return of the girl would expose her to physical or psychological harm or otherwise place her in an intolerable situation.

United States of America
Danaipour v. McLarey, 386 F.3d 289 (1st Cir. 2004) [INCADAT Reference: HC/E/USf 597]

Having found that sexual abuse had occurred, the Court of Appeals ruled that this rendered immaterial the father's arguments that the courts of Sweden could take ameliorative actions to prevent further harm once the children had been returned. The Court of Appeals held that in such circumstances, Article 13(1)(b) did not require separate consideration either of undertakings or of the steps which might be taken by the courts of the country of habitual residence.

(Author: Peter McEleavy, April 2013)

Faits

La fille était née en Autriche en 2000. 3 mois plus tard, après le mariage des parents, la famille retourna s'installer en Espagne. Le père commença à isoler la mère et développa un mouvement sectaire, se prenant pour un envoyé de Dieu. Il commença à battre la mère, toujours en présence de l'enfant afin que ce dernier « apprenne ce qu'est la vie ». Il obligea mère et fille à s'habiller d'une certaine manière et refusa de scolariser l'enfant.

Finalement, la police intervint. D'octobre 2006 à juillet 2007, la mère et l'enfant résidèrent dans un foyer pour femmes en détresse, puis on leur mit un appartement à disposition (ce qui n'était plus le cas à la date de l'audience) et on leur offrit un accompagnement psychologique.

Au prononcé du divorce en 2008, la mère obtint la garde de l'enfant (guarda y custodia) mais l'exercice de l'autorité parentale (patria potestad) demeura conjoint. Le jugement détailla avec soin les modalités de l'exercice par le père de son droit, par des dispositions supplétives qui devaient s'appliquer si les parents ne parvenaient pas eux-mêmes à un accord.

Ces dispositions prévoyaient notamment que l'enfant devait rester du 20 juin au 1er août avec le père. Le père devait aller chercher l'enfant à 16 h à un endroit donné et l'y ramener le 1er août afin qu'il passe avec la mère la deuxième moitié des vacances. La mère déposa l'enfant chez le père le 26 juin et alla la rechercher le 1er août. Immédiatement elle emmena l'enfant en Autriche chez les grands-parents maternels. La fillette y était encore à la date de l'audience.

Le 11 mars 2009, le tribunal cantonal de St Pölten (Bezirksgericht St. Pölten, Autriche) accueillit la demande de retour du père. Le 10 juin, la Cour d'appel (Landgericht St. Pölten) accueillit le recours de la mère et renvoya l'affaire au premier juge afin qu'il soit de nouveau statué sur la demande une fois l'enfant entendue et après avoir établi si les autorités espagnoles étaient en mesure de protéger l'enfant à son retour. L'un et l'autre parent formèrent un recours devant la Cour suprême (Oberster Gerichtshof).

Dispositif

Recours déclaré irrecevable.

Motifs

Résidence habituelle - art. 3

La cour rappela que la Convention ne pouvait s'appliquer que si le père avait un droit de garde et qu'il l'exerçait effectivement à la date du déplacement. La question de la garde était régie par le droit espagnol. La mère estimait que son droit de garde physique exclusive de l'enfant emportait à son bénéfice le droit de modifier la résidence de l'enfant. Cette conclusion était contredite par une déclaration de l'article 15 du Ministère de la Justice espagnol et même par les explications de la mère elle-même.

La cour observa qu'il convenait de distinguer un droit de garde conjoint effectif de l'exercice d'un simple droit de visite. Elle ajouta que comme l'avait noté la cour d'appel, les droits du père allaient bien au delà d'un simple droit de visite ; le père pouvait participer à la vie quotidienne de sa fille en semaine en la gardant après l'école et pour la nuit et en passant la moitié de toutes les vacances avec l'enfant : il exerçait donc une influence certaine sur les soins et la garde de l'enfant.  La cour d'appel avait donc à bon droit décidé que le père pouvait demander le retour en raison de la violation de son droit de garde.

Risque grave - art. 13(1)(b)

La Cour suprême considéra que la cour d'appel n'avait pas commis d'erreur (que la cour suprême pouvait identifier), en estimant que vu les antécédents, la personnalité et les croyances du père ainsi que sa volonté de continuer à influencer l'enfant comme par le passé, il n'était pas exclu que le retour de l'enfant l'expose à un risque grave de danger.

Elle considéra que l'audition de l'enfant, imposée par le Règlement Bruxelles II bis (Règlement (CE) No 2201/2003 du Conseil du 27 novembre 2003) permettrait de répondre à des questions fondamentales pour la décision et souligna que le caractère urgent de la procédure ne s'opposait pas à l'audition de l'enfant.

Questions procédurales


Visant l'article 11(5) du Règlement Bruxelles II bis, la cour rappela que le tribunal ne pouvait refuser le retour sans avoir entendu le père et que le fait que la demande avait été formée par le père ne suffisait pas à remplir cette condition.

La cour suprême indiqua qu'elle n'était en la matière que juge du droit et ne pouvait donc pas contrôler la décision de la cour d'appel selon laquelle l'audition du père et de l'enfant était nécessaire. Le droit autrichien, selon la cour, excluait les condamnations aux dépens dans les instances de retour.

Commentaire INCADAT

Résidence habituelle

L'interprétation de la notion centrale de résidence habituelle (préambule, art. 3 et 4) s'est révélée particulièrement problématique ces dernières années, des divergences apparaissant dans divers États contractants. Une approche uniforme fait défaut quant à la question de savoir ce qui doit être au cœur de l'analyse : l'enfant seul, l'enfant ainsi que l'intention des personnes disposant de sa garde, ou simplement l'intention de ces personnes. En conséquence notamment de cette différence d'approche, la notion de résidence peut apparaître comme un élément de rattachement très flexible dans certains États contractants ou un facteur de rattachement plus rigide et représentatif d'une résidence à long terme dans d'autres.

L'analyse du concept de résidence habituelle est par ailleurs compliquée par le fait que les décisions concernent des situations factuelles très diverses. La question de la résidence habituelle peut se poser à l'occasion d'un déménagement permanent à l'étranger, d'un déménagement consistant en un test d'une durée illimitée ou potentiellement illimitée ou simplement d'un séjour à l'étranger de durée déterminée.

Tendances générales:

La jurisprudence des cours d'appel fédérales américaines illustre la grande variété d'interprétations données au concept de résidence habituelle.
Approche centrée sur l'enfant

La cour d'appel fédérale des États-Unis d'Amérique du 6e ressort s'est prononcée fermement en faveur d'une approche centrée sur l'enfant seul :

Friedrich v. Friedrich, 983 F.2d 1396, 125 ALR Fed. 703 (6th Cir. 1993) (6th Cir. 1993) [Référence INCADAT : HC/E/USf 142]

Robert v. Tesson, 507 F.3d 981 (6th Cir. 2007) [Référence INCADAT : HC/E/US 935]

Voir aussi :

Villalta v. Massie, No. 4:99cv312-RH (N.D. Fla. Oct. 27, 1999) [Référence INCADAT : HC/E/USf 221].

Approche combinée des liens de l'enfant et de l'intention parentale

Les cours d'appel fédérales des États-Unis d'Amérique des 3e et 8e ressorts ont privilégié une méthode où les liens de l'enfant avec le pays ont été lus à la lumière de l'intention parentale conjointe.
Le jugement de référence est le suivant : Feder v. Evans-Feder, 63 F.3d 217 (3d Cir. 1995) [Référence INCADAT : HC/E/USf 83].

Voir aussi :

Silverman v. Silverman, 338 F.3d 886 (8th Cir. 2003) [Référence INCADAT : HC/E/USf 530] ;

Karkkainen v. Kovalchuk, 445 F.3d 280 (3rd Cir. 2006) [Référence INCADAT : HC/E/USf 879].

Dans cette dernière espèce, une distinction a été pratiquée entre la situation d'enfants très jeunes (où une importance plus grande est attachée à l'intention des parents - voir par exemple : Baxter v. Baxter, 423 F.3d 363 (3rd Cir. 2005) [Référence INCADAT : HC/E/USf 808]) et celle d'enfants plus âgés pour lesquels l'intention parentale joue un rôle plus limité.

Approche centrée sur l'intention parentale

Aux États-Unis d'Amérique, la Cour d'appel fédérale du 9e ressort a rendu une décision dans l'affaire Mozes v. Mozes, 239 F.3d 1067 (9th Cir. 2001) [Référence INCADAT : HC/E/USf 301], qui s'est révélée très influente en exigeant la présence d'une intention ferme d'abandonner une résidence préexistante pour qu'un enfant puisse acquérir une nouvelle résidence habituelle.

Cette interprétation a été reprise et précisée par d'autres décisions rendues en appel par des juridictions fédérales de sorte qu'en l'absence d'intention commune des parents en cas de départ pour l'étranger, la résidence habituelle a été maintenue dans le pays d'origine, alors même que l'enfant a passé une période longue à l'étranger.  Voir par exemple :

Holder v. Holder, 392 F.3d 1009 (9th Cir 2004) [Référence INCADAT : HC/E/USf 777] : Résidence habituelle maintenue aux États-Unis d'Amérique malgré un séjour prévu de 4 ans en Allemagne ;

Ruiz v. Tenorio, 392 F.3d 1247 (11th Cir. 2004) [Référence INCADAT : HC/E/USf 780] : Résidence habituelle maintenue aux États-Unis d'Amérique malgré un séjour de 32 mois au Mexique ;

Tsarbopoulos v. Tsarbopoulos, 176 F. Supp.2d 1045 (E.D. Wash. 2001) [INCADAT : HC/E/USf 482] : Résidence habituelle maintenue aux États-Unis d'Amérique malgré un séjour de 27 mois en Grèce.

La décision rendue dans l'affaire Mozes a également été approuvée par les cours fédérales d'appel du 2e et du 7e ressort :

Gitter v. Gitter, 396 F.3d 124 (2nd Cir. 2005) [Référence INCADAT : HC/E/USf 776] ;

Koch v. Koch, 450 F.3d 703 (2006 7th Cir.) [Référence INCADAT : HC/E/USf 878] ;

Il convient de noter que dans l'affaire Mozes, la Cour a reconnu que si suffisamment de temps s'est écoulé et que l'enfant a vécu une expérience positive, la vie de l'enfant peut être si fermement attachée à son nouveau milieu qu'une nouvelle résidence habituelle doit pouvoir y être acquise nonobstant l'intention parentale contraire.

Autres États contractants

Dans d'autres États contractants, la position a évolué :

Autriche
La Cour suprême d'Autriche a décidé qu'une résidence de plus de six mois dans un État sera généralement caractérisée de résidence habituelle, quand bien même elle aurait lieu contre la volonté du gardien de l'enfant (puisqu'il s'agit d'une détermination factuelle du centre de vie).

8Ob121/03g, Oberster Gerichtshof [Référence INCADAT: HC/E/AT 548].

Canada
Au Québec, au contraire, l'approche est centrée sur l'enfant :
Dans Droit de la famille 3713, No 500-09-010031-003 [Référence INCADAT : HC/E/CA 651], la Cour d'appel de Montréal a décidé que la résidence habituelle d'un enfant est simplement une question de fait qui doit s'apprécier à la lumière de toutes les circonstances particulières de l'espèce en fonction de la réalité vécue par l'enfant en question, et non celle de ses parents. Le séjour doit être d'une durée non négligeable (nécessaire au développement de liens par l'enfant et à son intégration dans son nouveau milieu) et continue, aussi l'enfant doit-il avoir un lien réel et actif avec sa résidence; cependant, aucune durée minimale ne peut être formulée.

Allemagne
Une approche factuelle et centrée sur l'enfant ressort également de la jurisprudence allemande :

2 UF 115/02, Oberlandesgericht Karlsruhe [Référence INCADAT: HC/E/DE 944].

La Cour constitutionnelle fédérale a ainsi admis qu'une résidence habituelle puisse être acquise bien que l'enfant ait été illicitement déplacé dans le nouvel État de résidence :

Bundesverfassungsgericht, 2 BvR 1206/98, 29. Oktober 1998 [Référence INCADAT: HC/E/DE 233].

La Cour constitutionnelle a confirmé l'analyse de la Cour régionale d'appel selon laquelle les enfants avaient acquis leur résidence habituelle en France malgré la nature de leur déplacement là-bas. La Cour a en effet considéré  que la résidence habituelle était un concept factuel, et les enfants s'étaient intégrés dans leur milieu local pendant les neuf mois qu'ils y avaient vécu.

Israël
Des approches alternatives ont été adoptées lors de la détermination de la résidence habituelle. Il est arrivé qu'un poids important ait été accordé à l'intention parentale. Voir :

Family Appeal 1026/05 Ploni v. Almonit [Référence INCADAT: HC/E/Il 865] ;

Family Application 042721/06 G.K. v Y.K. [Référence INCADAT: HC/E/Il 939].

Cependant, il a parfois été fait référence à une approche plus centrée sur l'enfant. Voir :

décision de la Cour suprême dans C.A. 7206/03, Gabai v. Gabai, P.D. 51(2)241 ;

FamA 130/08 H v H [Référence INCADAT: HC/E/IL 922].

Nouvelle-Zélande
Contrairement à l'approche privilégiée dans l'affaire Mozes, la cour d'appel de la Nouvelle-Zélande a expressément rejeté l'idée que pour acquérir une nouvelle résidence habituelle, il convient d'avoir l'intention ferme de renoncer à la résidence habituelle précédente. Voir :

S.K. v. K.P. [2005] 3 NZLR 590 [Référence INCADAT: HC/E/NZ 816].

Suisse
Une approche factuelle et centrée sur l'enfant ressort de la jurisprudence suisse :

5P.367/2005/ast, Bundesgericht, II. Zivilabteilung (Tribunal Fédéral, 2ème Chambre Civile) [Référence INCADAT: HC/E/CH 841].

Royaume-Uni
L'approche standard est de considérer conjointement la ferme intention des personnes ayant la charge de l'enfant et la réalité vécue par l'enfant.

Re J. (A Minor) (Abduction: Custody Rights) [1990] 2 AC 562, [1990] 2 All ER 961, [1990] 2 FLR 450, sub nom C. v. S. (A Minor) (Abduction) [Référence INCADAT: HC/E/UKe 2].

Pour un commentaire doctrinal des différentes approches du concept de résidence habituelle dans les pays de common law. Voir :

R. Schuz, « Habitual Residence of  Children under the Hague Child Abduction Convention: Theory and Practice », Child and Family Law Quarterly, Vol. 13, No1, 2001, p.1 ;

R. Schuz, « Policy Considerations in Determining Habitual Residence of a Child and the Relevance of Context » Journal of Transnational Law and Policy, Vol. 11, 2001, p. 101.

Allégations de mauvais traitement et abus sexuel

Les tribunaux ont adopté des positions variables lorsqu'ils ont été confrontés à des allégations selon lesquelles le parent délaissé avait fait subir des mauvais traitements ou abus sexuels à l'enfant déplacé ou retenu illicitement. Dans les affaires les plus simples, les accusations ont pu être rejetées comme non fondées. Lorsqu'il n'était pas évident que l'allégation était manifestement non fondée, les tribunaux se sont montrés divisés quant à savoir si une enquête poussée devait être menée dans l'État de refuge ou bien dans l'État de la résidence habituelle, auquel cas des mesures de protection provisoires seraient prises en vue de protéger l'enfant en cas de retour.

- Accusations déclarées non fondées :

Belgique

Civ Liège (réf) 14 mars 2002, Ministère public c/ A [Référence INCADAT : HC/E/BE 706]

Le père prétendait que la mère ne voulait le retour de l'enfant que pour la faire déclarer folle et vendre ses organes. Toutefois, le juge releva que si les déclarations du père relevaient d'une profonde conviction, elles n'étaient pas étayées d'éléments de preuve.

Canada (Québec)
Droit de la famille 2675, No 200-04-003138-979 [Référence INCADAT : HC/E/CA 666]

La Cour décida que si la mère avait eu des craintes sérieuses à propos de son fils, elle ne l'aurait pas laissé aux soins du père pendant les vacances, après ce qu'elle présentait comme un incident sérieux.

J.M. c. H.A., Droit de la famille, N°500-04-046027-075 [Référence INCADAT : HC/E/CA 968]

La mère faisait valoir un risque grave au motif que le père était un prédateur sexuel. La Cour rappela que toutes les procédures étrangères avaient rejeté ces allégations, et indiqua qu'il fallait garder en mémoire que la question posée était celle du retour et non de la garde. Elle constata que les craintes de la mère et de ses parents étaient largement irraisonnées, et que la preuve de la corruption des autorités judiciaires de l'État de résidence habituelle n'était pas davantage rapportée. La Cour exprima au contraire une crainte face à la réaction de la famille de la mère (rappelant qu'ils avaient enlevé l'enfant en dépit de 3 interdictions judiciaires de ce faire), ainsi qu'une critique concernant les capacités mentales de la mère, qui avait maintenu l'enfant dans un climat de peur de son père.

France
CA Amiens 4 mars 1998, n° RG 5704759 [Référence INCADAT : HC/E/FR 704]

La Cour rejeta l'allégation de violence physique du père à l'égard de l'enfant. S'il pouvait y avoir eu des épisodes violents, ils n'étaient pas de nature à caractériser le risque nécessaire à l'application de l'article 13(1)(b).

Nouvelle Zélande
Wolfe v. Wolfe [1993] NZFLR 277 [Référence INCADAT : HC/E/NZ 303]

La Cour rejeta l'allégation selon laquelle les habitudes sexuelles du père étaient de nature à causer un risque grave de danger pour l'enfant. Elle ajouta que la preuve n'avait pas été apportée que le retour exposerait l'enfant à un risque tel que l'article 13(1)(b) serait applicable.

Suisse
Obergericht des Kantons Zürich (Cour d'appel du canton de Zurich) (Suisse), 28/01/1997, U/NL960145/II.ZK [Référence INCADAT : HC/E/CH 426]

La mère prétendait que le père constituait un danger pour les enfants parce qu'il avait entre autres abusé sexuellement de l'enfant. Pour rejeter cet argument, la Cour fit observer que la mère avait jusqu'alors laissé l'enfant vivre seul avec son père pendant qu'elle voyageait à l'étranger.

Retour ordonné et enquête à mener dans l'État de la résidence habituelle de l'enfant :

Royaume-Uni - Angleterre et Pays de Galles
N. v. N. (Abduction: Article 13 Defence) [1995] 1 FLR 107 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 19]

Le risque encouru par l'enfant devait faire l'objet d'une enquête dans le cadre de la procédure de garde en cours en Australie.  Il convenait de protéger l'enfant jusqu'à la conclusion de cette enquête. Toutefois cette nécessité de protection ne devait pas mener au rejet de la demande de retour car le risque était lié non pas au retour en Australie mais à un droit de visite et d'hébergement non surveillé.

Re S. (Abduction: Return into Care) [1999] 1 FLR 843 [Référence INCADAT : HC/E/UKe 361]

La Cour rejeta les allégations selon lesquelles l'enfant était victime d'abus sexuels de la part du concubin de la mère de nature à déclencher le jeu de l'exception prévue à l'article 13(1)(b). Pour rejeter l'application de l'article 13(1)(b), la Cour avait relevé que les autorités suédoises étaient conscientes de ce risque d'abus et avaient pris des mesures précises de nature à protéger l'enfant à son retour : elle serait placée dans un foyer d'analyse avec sa mère. Si la mère refusait, alors l'enfant serait ôtée à sa famille et placée dans un foyer. Elle fit également remarquer que la mère s'était séparée de son concubin.

Finlande
Supreme Court of Finland 1996:151, S96/2489 [Référence INCADAT : HC/E/FI 360]

Lors de son analyse concernant la question de savoir si l'allégation selon laquelle le père aurait abusé sexuellement de sa fille constituait une barrière au retour de l'enfant, la Cour a fait observer, d'une part, qu'un des objectifs de la Convention de La Haye était d'empêcher que le for devant se prononcer sur le retour de l'enfant soit choisi arbitrairement. La Cour observa, d'autre part, que la crédibilité des allégations devrait être analysée dans l'État de la résidence habituelle des époux car il s'agissait de l'État le mieux placé, et qu'aucun risque grave de danger n'existait si la mère accompagnait les enfants et organisait des conditions de vie dans leur meilleur intérêt. Dans ces conditions le retour pouvait être ordonné.

Irlande
A.S. v. P.S. (Child Abduction) [1998] 2 IR 244 [Référence INCADAT : HC/E/IE 389]

La Cour suprême irlandaise a noté qu'à première vue la preuve avait été apportée que les enfants avaient été victimes d'abus sexuels de la part du père et ne devaient pas être placés sous sa garde. Cependant, le tribunal avait estimé à tort que le retour des enfants en lui-même constituerait un risque grave. Au vu des engagements pris par le père, il n'y aurait pas de risque grave à renvoyer les enfants dans leur foyer familial sous la seule garde de la mère.

- Enquête à mener dans l'État de refuge :

Chine (Région administrative spéciale de Hong Kong)
D. v. G. [2001] 1179 HKCU 1 [Référence INCADAT : HC/E/HK 595]

La Cour d'appel critiqua le fait que le retour était soumis à une condition sur laquelle les juridictions de la Chine (RAS Hong Kong) n'avaient aucun contrôle (ni aucune compétence). La condition posée étant l'action d'un tiers (l'Autorité centrale suisse). La Cour estima que jusqu'à ce que les allégations se révèlent dénuées de fondement, il n'était pas admissible que la cour, dans l'exercice de son pouvoir discrétionnaire, décide de renvoyer l'enfant dans le milieu dans lequel les abus s'étaient produits.

États-Unis d'Amérique
Danaipour v. McLarey, 286 F.3d 1 (1st Cir.2002) [Référence INCADAT : HC/E/USf 459]

La Cour d'appel du premier ressort estima que le premier juge aurait dû faire preuve d'une grande prudence avant de renvoyer un enfant alors même qu'il y avait de sérieuses raisons de croire qu'il avait fait l'objet d'abus sexuels. La Cour d'appel ajouta que les juges devaient se montrer particulièrement prudents dans leur tentative de garantir la protection de l'enfant par la voie d'engagements dans des situations analogues.

Kufner v. Kufner, 519 F.3d 33 (1st Cir. 2008), [Référence INCADAT : HC/E/USf 971]

Le Tribunal fédéral avait demandé à un pédiatre spécialisé dans les questions de maltraitance, d'abus sexuels sur enfants et de pédopornographie de se prononcer sur la question de savoir si les photos des enfants constituaient des photos pornographiques et si les troubles comportementaux des enfants traduisaient un abus sexuel. L'expert conclut qu'aucun élément ne permettait de déduire que le père était pédophile, qu'il était attiré sexuellement par des enfants ni que les photos étaient pornographiques. Elle approuva l'enquête allemande et constata que les conclusions allemandes étaient conformes aux observations effectuées. Elle ajouta que les symptômes développés par les enfants étaient causés par le stress que la séparation très difficile des parents leur causait. Elle ajouta encore que les enfants ne devaient pas être soumis à d'autres évaluations en vue d'établir un abus sexuel car cela ne ferait qu'ajouter à leur niveau de stress déjà dangereusement élevé.

- Retour refusé :

Royaume-Uni - Écosse
Q., Petitioner, [2001] SLT 243, [Référence INCADAT : HC/E/UKs 341]

Le juge estima qu'il était possible que les allégations d'abus fussent exactes. De même, il n'était pas impossible qu'en cas de retour, l'enfant puisse être amené à avoir un contact non surveillé avec l'auteur potentiel de ces abus. Elle observa toutefois que les autorités d'autres États parties à la Convention de La Haye sont susceptibles de fournir une protection adéquate à l'enfant. En conséquence, le retour d'un enfant pouvait être ordonné même en cas d'allégations d'abus sexuels. En l'espèce cependant, le juge estima qu'au regard des différentes procédures ouvertes en France, il semblait que les juridictions compétentes n'étaient pas en mesure de protéger l'enfant, ou pas disposées à le faire. Elle en a déduit que le retour de l'enfant l'exposerait à un risque grave de danger physique ou psychologique ou la placerait de toute autre manière dans une situation intolérable.

États-Unis d'Amérique
Danaipour v. McLarey, 386 F.3d 289 (1st Cir. 2004), [Référence INCADAT : HC/E/USf 597]

Ces conclusions rendaient inopérants les arguments du père selon lequel les autorités suédoises pourraient prendre des mesures pour limiter tout danger supplémentaire une fois les enfants rentrées dans ce pays. La Cour d'appel décida qu'en ces circonstances, l'application de l'article 13(1)(b) n'exigeait pas que la question des engagements du père soit posée, pas davantage que celle des mesures à prendre par les juridictions de l'État de résidence habituelle.

(Auteur : Peter McEleavy, Avril 2013)